La Sophrologie existentielle en oncologie

cancer.jpg

En quoi la sophrologie existentielle peut trouver sa place en oncologie ?

Le dérèglement cellulaire qu’est le cancer peut affecter toutes les parties du corps humain. La sophrologie permet d’agir

- en prévention sur le stress et la baisse des défenses immunitaires qui en découle,

- en permettant un diagnostic plus précoce,

- en accompagnant la personne pendant la prise en charge médicale,

- en l’aidant à vivre après le cancer.

 

Le rôle de la sophrologie existentielle

En prévention :

A l’heure actuelle la cause de la moitié des cancers reste inconnue, mais il est établi que le stress modifie le niveau de certaines hormones dans le corps et qu’un déséquilibre hormonal et la baisse des défenses immunitaires qui en découle peut accroître le risque de développer un cancer. L’oestrogène par exemple possède certaines caractéristiques qui peuvent conduire à la croissance cellulaire sans restriction observée dans la cancer du sein.

La sophrologie existentielle a depuis longtemps fait ses preuves dans la gestion du stress et la limitation de ses effets sur l’organisme. Elle trouve donc sa place naturellement en prévention du cancer chez les personnes à risques : antécédents familiaux et / ou cumulant les facteurs de risques.

En accélérant certains diagnostics :

Une des priorités en cancérologie est de réaliser un dépistage et un diagnostic précoces. Car plus un cancer est soigné tôt, meilleures sont les chances de guérison.

La pratique de la sophrologie existentielle permet de mieux se connaître et peut permettre d’identifier plus rapidement un changement dans son corps, une masse tumorale, tâche cutanée, modification de l’appétit, de la voix… provoqué par certains cancers.

En accompagnant la personne pendant la prise en charge médicale :

L’annonce d’un cancer va générer un stress et des émotions intenses allant jusqu’à provoquer un état de sidération chez le patient qui compliquera la compréhension des informations transmises par l’équipe médicale et donc son implication dans le protocole de prise en charge.

La sophrologie existentielle permet d’apprendre à réguler les émotions, et à gérer le stress généré par l’annonce de la maladie, la programmation d’une intervention chirurgicale, l’énoncé des effets secondaires possibles des traitements médicamenteux ou de la maladie elle-même.

La sophrologie existentielle va également mettre à disposition de la personne un espace dans lequel elle pourra questionner sa relation à la maladie et défocaliser son attention des douleurs qu’elle peut provoquer.

 

La sophrologie est recommandée

par l’institut national du cancer

pour soulager la douleur

(en complément du traitement médical)

En aidant à vivre sa guérison :

La plupart des patients suivis pour un cancer, ont un gros travail d’acceptation mais aussi de reprise de confiance à faire. Ils peuvent mal vivre l’arrêt de la prise en charge médicale qui a rempli leur agenda pendant de longs mois. Ils se sont aussi sentis trahis par leur propre corps et connaissent de grandes difficultés à reprendre une vie « normale » dans la confiance et l’insouciance concernant leurs fonctions vitales. La sophrologie existentielle est particulièrement indiquée dans cette phase de récupération. Elle va permettre aux patients, de restaurer leur image d’eux-mêmes qui a été altérée par la maladie, de renouer un contact fin et aimant avec leur corps, et de le remettre en mouvement en douceur. Dans la conscience de son fonctionnement et simplement dans la perception des sensations. La sophrologie permet, en la pratiquant régulièrement de développer ses capacités d’adaptation, ce qui dans toute pathologie au long cours est essentiel.

Les séances de sophrologie existentielle conduisent à se reconnecter avec le positif de la vie, à acquérir plus de confiance et d’harmonie dans son quotidien.

Face à un cancer, le manque de confiance et la difficulté à vivre avec l’épée de Damoclès que représente une récidive possible est souvent pénalisant dans la récupération et la rémission. La pratique régulière de la sophrologie permet avec les exercices dynamiques, respiratoires ou de visualisation, de lever ce frein.

 

La relaxation dynamique de la Sophrologie :

La relaxation dynamique permet d’être en contact de façon positive avec son corps, dans nos perceptions et nos sensations. Dans le cadre de la pathologie cancéreuse, elle va être particulièrement intéressante pour que le patient reprenne confiance et accède à la détente.

 

La respiration de la sophrologie :

Lorsqu’on est atteint d’un cancer, savoir utiliser sa respiration est essentiel pour apporter l’oxygène de façon optimale à notre organisme et également pour accéder à la « cohérence cardiaque » : dans une respiration lente et profonde, notre coeur spontanément adopte un rythme plus lent et plus régulier ! Les exercices de respiration permettent aisément et rapidement de trouver la détente, de gérer son stress et ses émotions.

 

Les exercices de mentalisation de la sophrologie :

Ces exercices sont des visualisations, qui nous remettent positivement dans le cours de notre vie, nous permettent de réaliser cette continuité qui depuis le jour de notre naissance nous fait avancer dans le temps, portés par nos valeurs.

Dans un contexte pathologique grave, il est important de sentir la vie en nous, notre vie qui est en cours.

 

Les pathologies cancéreuses ne sont pas anodines, le suivi et la surveillance médicale sont indispensables. La sophrologie viendra potentialiser les traitements médicaux aussi bien dans l’efficacité que la rapidité d’action.

 

Le dernier plan Cancer prévoit d’« élargir l’approche du soin en accordant une place systématique aux soins de support », dont la sophrologie fait partie

Renseignez-vous, des séances individuelles ou en groupe

peuvent être prises en charge par des associations

telles que la Ligue contre le Cancer, ou être proposées par des structures de soin.